L’écrivain en tant que tel fait partager son désir et sa passion pour l'écriture nourris par l'expérience. Il ne peut à partir de là se donner comme porteur d'une vérité, mais d'un ensemble de conséquences de cette expérience, toujours prête celle-ci à s'interroger sur elle-même. L’espace et le temps de cette pratique sont à la fois pluriels (rencontres entre plusieurs voies et voix dans un même lieu, en même temps) et individuels (chaque voix est unique et se donne comme les éclats d'une vie singulière). Et c'est l'échange autour de l'acte d'écrire et de l'écrit qui révèle les surprises à partager, les dispositifs cachés de et dans la langue, les stéréotypes à questionner.
Il n'y a donc pas d'enjeu autre que soi librement dans les hésitations, les ratures de l'imaginaire, pas de pédagogie outrancière, pas de méthodologie ou recettes ou techniques préétablies et pas d'évaluation (car aucun niveau n'est exigé, que ce soit le niveau d'étude ou le "le niveau de langue". Combien de fois une personne se présentant avec des doutes louables en se justifiant comme ne sachant pas écrire, traînant derrière elle les traces d'un échec scolaire, se trouve surprise quand on constate que sa propre langue, dans sa spontanéité, à sa place dans une littérature contemporaine dont elle est, à son insu, proche).

 

L’atelier d’écriture ouvre l’espace à tous ceux qui veulent approcher l’écrit loin de la tyrannie de la faute d’orthographe ou du jugement d’appréciation. Espace où se traversent, se chevauchent et dialoguent alphabets, sons et dessins  ; où chacun pourrait laisser une trace, éphémère ou durable, de son plaisir, ses hésitations, ses maladresses ou son cri et se laisser surprendre par sa propre langue, celle qui fait la singularité et qui, en même temps, invite au lien, celle qui raconte le vécu et l’imaginaire, celle où l’imaginaire peut avoir l’allure du réel ou le réel peut se déguiser sous les traits de l’imaginaire.

L’écrivain engage sa confiance et s'engage à la susciter et à la mettre en place afin que l'écriture puisse circuler.