Son écriture n'est pas celle d'un déraciné, mais au contraire, celle d'un homme enraciné dans le monde, et attentif à celui-ci tout en maintenant une distance critique. Car si les poèmes montrent un humain généreux, et, je dirais, surtout fraternel, il n'en demeure pas moins que ses élans du cœur et de l'esprit vers l'humain, que sa philosophie de l'amour ne se départit pas d'une inquiétude critique à l'égard de lui-même, et de l'humain. Toute sa poésie est empreinte d'un léger frisson métaphysique" qui le parcourt entièrement  [...] Sa poésie me fait penser, si je puis user d'une comparaison très ordinaire et pragmatique, aux cafetières italiennes : vous versez l'eau dans la partie inférieure, une dose de café dans le filtre au-dessus, et l'eau, en chauffant, se mélange au café, et le tout remonte par le conduit central dans la partie supérieure : l'esprit du poète. Il n'y a plus qu'à verser le poème sur la page.     

                    Jean-Pascal Dubost, Présentation de la soirée Dithyrambe, Brocéliande, septembre, 2016

 

Mohammed El Amraoui s’interroge sur l’écartèlement identitaire et l’épreuve de l’exil. Que peut l’écriture pour réparer la fracture intime, restaurer l’unité profonde de l’être, épanouir la conscience de soi ? Derrière le symbole de l’enfermement s’affirme en réaction l’ouverture par le langage : « Je dis peut-être la pensée est comme la blessure que je vois sur le mur […] Je dis le mur est le mur de moi-même, ou un miroir d’où sortent les mots pour se changer en un réel mercuriel… » Fraîcheur juvénile et gravité profonde se conjuguent dans ce recueil magnifiquement illustré par la plasticienne Fanny Batt, compagne du poète.

                         Michel MÉNACHÉ, à propos de Des moineaux dans la tête, Revue Europe, janvier 2017

 

These poems are from Mohammed El Amraoui’s Stories, Scores, and Photographs, a book that I love for its energetic depiction of figures and voices engaging with a complex, contemporary, and violent world.

                                                                              Sam Ross, Poetry in translation, 2012

À travers ce journal de l'absolu épars qui étreint la transitivité de l'actuel dans le jeu harmonique de proses narratives et de subtils étirages versifiés, Mohammed El Amraoui se révèle uniment à nous par l'acuité du regard et l'éclat de la présence.    

                                        Hubert Haddad – (4ème couverture de De ce côté-ci et alentour), 2007

 

La langue d'El Amraoui épouse cette difficulté dans la tension qu'il crée entre liaison et rupture, prose et vers, pouvoir et impuissance de dire ; c'est une langue écorchée qui bute à sa limite mais dans cette butée même rebondit, repart d'unités de sens plus petites, ou casse :"La langue, la même chose./ Depuis toujours// étrangère."

                                                                                   Antoine Emaz, CCP/ CIPM, 2007

 

… Une manière de tisser le regard sur l’immédiat avec la réflexion qui monte de l’exercice de la langue […] et invente ainsi une expression concrète qui donne une étonnante réalité aux phrases et aux vers. Au fond le monde n’est présent que s’il est dit, non pas seulement nommé, mais énoncé par des associations de mots (ou mieux de syllabes) qui l’éclairent et le révèlent. Le réel n’a lieu que dans et par la relation verbale avec lui. Il était exilé sous l’apparence et toi, écrivant, tu la déchires et le libères.

                                                                          Bernard Noël –Lettre au poète, mai 2007

 

On lit d’un seul mouvement ces vers qui tombent en se cisaillant de césure en césure, d’enjambement en enjambement, mais dont la trame narrative demeure intacte. Si la mémoire « est du temps » (Aristote) aussi bien le vers, dans son propre dévidement, ici,  manifeste-il le temps du voilement et du dévoilement d’un centre névrotique charpenté en histoire, tel un corps vivant d’images (exalté en souvenir, plus exactement en évocation), diffractant des fantasmes nourriciers parmi des  poussées, de sensations cadrées sur l’habitat urbain. Le vers est alerte, parfois prolixe, inventif. Il y est dit beaucoup d’une respiration qui se cherche dans le remuement de l’autodérision.

Le prurit du vers s’épanche sous nos yeux formant une lumière native.

Il y a là la quête d’une unité d’être de la langue propre à l’auteur, ancré dans sa double culture (arabe et française). Raison pour faire valoir une telle expérience d’écriture, nécessaire à nos respirations communes.

                                                      Joël-Claude Meffre, revue Europe, n°950-951, juillet 2008

 

                                                                                                                  

« J’aime infiniment ces Récits Partitions et Photographies. Le livre [….] je l’ouvre, le ré-ouvre, avec un égal bonheur. »

                                                                            Lydie Salvayre, Lettre au poète, 2009 

Après le spectacle donné par le Théâtre des Tafurs et mis en scène par François Mauget, "Accouchement de choses", Mohammed El Amraoui lit un poème "EX..."
Du grand art, a capella, à voix nue, à donner des frissons à l'âme et sur toute la peau.

                             Site Le petit journal de Dominique-Emmanuel Blanchard, Lecture de Ex. le 12 mars 2011, à l'IUT journalisme de Bordeaux, dans le cadre de "Demandez l'impossible", 2011

  “De ce côté-ci et alentour” (من هذه الجهة وما حولها) عنوان مجموعة الشاعر المغربي محمد العمراوي التي صدرت حديثاً عن “ليدي بلو” في فرنسا. يسافر العمراوي في فضاءات شعرية طالما رسّخها في مجموعاته السابقة. وتذهب القصائد إلى أماكن تنبعث من الذاكرة، فنقع على عوالم تنتمي إلى فضاءين مغربي وفرنسي لتنصهر في بوتقة شعرية تحيل كلّها على ما هو شخصي.

                                                     صالح دياب، الأخبار، الجمعة 2 شباط 2007، العدد 144

 

يبدو الصراع الداخلي الخفي لدى الشخصية الساردة في القصائد التي تقول الحكاية في سرد متقطع ... أحد الملامح الرئيسية لقصيدة محمد العمراوي ...

                                                      جهاد هديب، الحياة 31 غشت 2007

Dans cet alentour lui-même, fait d’arbres, de vent, d’êtres et de mots, le poète El Amraoui perçoit une multitude d’exils, un exil en abîme que seule peut énoncer la poésie. Travaillant à bras-le-corps le lieu qu’est l’écriture, il la fait regorger de sens. Et je marche, dit-il, et marchant, il écrit, mâche les mots, les vers, la prose, les charge d’histoire, de signatures illustres et inconnues, et les emmène dans sa marche. C’est là que tout se fait. La question de dire cela se pose par terre.   

                                                                            Yves Jouan, revue N4728, janvier, 2007

 

                                                         

Le langage bute sur ces nœuds du sens, faisant doubler le mot, ou le déployant dans une autre direction, mêlant différents registres de langue, ou bien encore c'est la disposition des mots sur la page elle-même qui devient signe … D'où le renforcement de cette impression d'une langue attachée à décrypter des signes qui ne se livrent pas, comme s'il manquait une clé.

                                                                     Sabine Chagnaud, Francopolis, février, 2007

Chaque texte est une quête, la recherche d'un monde connu, d'une image que l'esprit peut imprimer et à laquelle s'agripper.
L'auteur cherche avant tout à capter le réel, réel qui prouve qu'on vit, qu'on existe, que la démarche n'est pas vaine parce que là, au bout du chemin, il y a quelque chose. Mais tout cela ne se fait pas sans mal et nécessite avant tout un long voyage intérieur au bout de ses extrêmes.

                                                 Sahkti,  à propos de De ce côté-ci et alentour, le 13 juillet 2007                                                                                         http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/14655


Même si l’adoption de sa langue d'écriture, au plus proche de l'intime, s'accompagne une fois en France d'un double exil, de lieu et d’elle-même, il y a cette nécessité affirmée "de partir de chez soi pour mieux se découvrir et interroger sa propre culture".

                                                                         Christine Ramel, Journal de l’Arald, 2006

 

"Fenêtres" le morceau suivant avec comme invité Mohammed El Amaroui en scotchera plus d'un, avec une instrumentale proche du travail effectué par Muslimgauze (le noise en moins), la voix de Mohammed El Amraoui nous emporte et nous propulse dans les confins d'un orientalisme très très loin des cartes postales habituelles, certainement l'un des meilleurs morceaux de cet album

                                   à propos de Brain Damage, Spoken Dub Manifesto, vol 1, éd. Jarring Effects, 2006

                                            http://www.reggae.fr/lire-article/831_Brain-Damage---Spoken-Dub-Manifesto.html

                             

Mohammed El Amraoui traite de la zone mentale où s'élaborent les images, où se répètent inlassablement les scènes primitives - le point d'ancrage du cérébral dans l'organisme, la connexion de la pensée aux nerfs, les noeuds de sens, les signes suturés. [...] le poète évoque tout ce qui ne trouve pas à se dire, le fond obscur de terreur et de tourment qui nous travaille aux entrailles. 

                                                   Jean-Louis Roux, 111 poètes d'aujourd'hui en Rhône-Alpes, Maison de la poésie Rhône-Alpes et Le Temps des cerises, 2005

Mohammed El Amraoui invente des images, des syntaxes, sa grammaire. Mohammed El Amraoui fuit les mots convenus, il a le feu sur le bout de la langue.

                                                             Bernard Bretonnière, Gare maritime, 2003

...Dispersion de fragments, d'éléments de vie et cette éternelle tentation de recomposer un sens toujours à rebâtir et restructurer. Sens d'une existence dans sa quête individuelle peut-être mais surtout ballottements au sein des remous multiples d'un monde complexe qui cherche le sien.

                                                                                  Paul Badin, août, 2004

TESSONS - Tessons de voix, de musique. Bris de mots, de notes. Éclats de sens brillant entre le souffle des instruments, leurs résonances, les échardes de vibrations des cordes... Ce C.D. est vraiment très beau, un accord à la fois solide et harmonieux entre les poèmes et la musique, une respiration aux mots lus, proférés, parfois chantés. Cela crée la sensation d'une spatialisation du texte - on "visualise" cet espace, sans surcharge d'images. Sans images, presque, même. On a l'impression par moments que la voix est une caravane qui passe, les mots sont des pas, les phrases des silhouettes glissant à l'horizon, à contre ciel. La caravane n'avance pas à pas réguliers, elle s'arrête parfois brusquement, ou ralentit, danse ou flotte un peu, repart avec fermeté.

Tessons de poterie plus que de verre: on sent la terre, le sable, la boue, dans les mots. Tessons/tessiture/texture.

Tessons de voix, de deux langues si différentes                                                                                                         Sylvie Germain, Lettre au poète à propos du CD Tessons, 2003

Même les mots simples en apparence, prenaient par la voix de El Amraoui une puissance incantatoire et infiniment troublante. Et quand il passait sans prévenir à l’arabe, on finissait par ne plus y prêter garde : on comprenait très bien. On voyageait tout aussi bien. Peut-être, ses mains tissant dans l’air des signes inconnus, El Amraoui nous avait-il envoûtés ?

                                                                           Roger Lahu, Noniouze, septembre 2000

 

Serait-ce là l’une des plus belles et grandes voix de demain ? On pourrait le penser en lisant cette élégie de Tarafa, apportant et le sachant sa mort dans une lettre.

                                                                              YVES Namur, Le journal des poètes, Bruxelles, mars, 1999

 

Redécouverte, une telle écriture sourd comme une manière de constante dans le glissement des textes répliqués, amplifiés plus loin jusqu’à la violence

                                                               Paul Mathieu, L’arbre à paroles, n°103, mars, 1999

 

Cela s’inscrit dans un univers surréaliste, mais semble couler de source et c’est là le miracle.

                                                                                    Alain Wexler, Verso, 1999

  Fou a(mot)reux, il conjugue les arts et transmet sa passion autour de lui...

                                                                      C.V, Le Progrès 6 mai 2003

Il dit le temps qui passe, la volupté au féminin, la fadeur de la vie parfois. Son phrasé n'est ni désespéré, ni gai, mais sa voix est mise à nu. [...] On est rattrapé par quelque chose sans savoir ni comment, ni pourquoi. La voix atteint une ampleur inédite, mélange de douceur, de profondeur....

                                                                        Courrier de l'Ouest, 14 mars 2003

Mohammed El Amraoui, colporteur de poésie.... offre une présence physique, une musicalité, sans tomber dans la théâtralité....

                                                                                                             Le Progrès, juillet 2002

 

 

Mohammed El Amraoui mène une vie qui pourrait se résumer à l'édification de ponts : ponts entre Orient et Occident, entre deux cultures, deux langues mais aussi entre musique et littérature....

                                                                                                       Bron magazine, N° 144, sept 2003

 

 

il dit, d'une voix suave, des textes délicats emportant même ceux qui ne sont pas amateurs, avoue un employé de Renault Trucks....

                                                                                                    Le progrès 12 mai 2004

 

 

parfois drôles, parfois plus sombres, tantôt en arabe, tantôt en français, ils impressionnent Nora (du quartier Darnaise à Vénissieux), "Ça me donne la chair de poule" s'exclame-t-elle...

                                                                                                        Le progrès, 3 mars 2004 

La parole des mains et des doigts de l'auteur accompagnent la musicalité des poèmes....

                                                                           Courrier de l'Ouest, 29 nov 2005

 

 

Son exil à lui va s'enrichir de tous ces menus exemples, ces minuscules départs, qui bâtissent une vie, forgent un quotidien........

                                                                                                 Ouest-France, 21 février 2006

 

                                                                                                      

Les ondes progressent/ La peau des sens est alertée/ Le poète est dans la lumière//…/ Sous la chair profonde, sondent de graves pulsations/ L'indolence d'une flûte, sa tresse de plaintes et légendes / Ses fibres saignent sur l'acuité des pierres, trop oubliées des lèpres vitrifiées/ des morceaux de continent glissent sur la tectonique des phrases/ Celui qui s'offre - Ulysse de ruisseau, trapu comme contrebasse - violente les guimauves de fade marchandise/ Sa lente caravane déploie les suints, les pierreries lointaines au creux du dictionnaire natal/ Etal de senteurs luxueuses avant que la chape des censeurs ne raidisse au garde-à-vous! cette liesse acrobate

Paul BADIN, (Printemps des Poètes 2003, Angers)

 

 

A propos de l’Anthologie de la poésie marocaine :

 

Ce qui frappe d’abord le lecteur de ce panorama, c’est la multiplicité des influences revendiquées ou simplement perceptibles : de la foisonnante imagerie surréaliste à la poésie urbaine de la beat generation américaine, du haïku au poème en prose. On ressent comme un besoin de ne pas rester prisonnier d’une tradition ou des formes occidentales transmises par la culture française. Les plus jeunes d’entre ces poètes bousculent les références, s’attaquent aux tabous, utilisent tous les registres de la langue… Pour plusieurs d’entre eux, la capacité de révolte et d’indignation est la source même, l’énergie vitale du poème.                                                                                                                                              Michel Ménaché, revue Europe, 2006

 

 

إن حرص الشاعر محمد العمراوي على تمثيل مناسب لمن سماهم بالشعراء الجدد، يجد مبرره في الانهماكات الشعرية التي استولت على هؤلاء الشعراء، والتي جعلت من قضية شكل الكتابة سؤالاً أساسياً لا يقل أو ينفصل عن سؤال المعنى في هذه اللحظة من وضعية الذات والمجتمع والعالم. وبذلك يكون سؤال الشعر في المغرب استئنافاً لسؤال سبق لمجلة «الثقافة الجديدة» أن طرحته، وهو بالقدر ذاته، استئناف لسؤال الحداثة الشعرية كما تبلور في عموم العالم العربي، منذ مجلة «شعر» إلى اللحظة الراهنة.                                        

                                                              نبيل منصر، الحياة 28 سبتمبر 2006

 

A propos de la poésie de Mohammed El Amraoui Extraits d'articles

poésie

الشعر